mardi 26 mars 2013

En Ligne Directe - La mauvaise bonne idée de la RTS

RTS  la Première a lancé il y a maintenant une année, cette émission qui veut (c'est dans l'air du temps...) "impliquer" les auditeurs, les faire participer ou, comme l'annonce le site Internet de l'émission "Chaque matin, les auditeurs débattent d’une question d'actualité...".


Le résultat sur la durée n'est que rarement à la hauteur des ambitions. Loin du débat impliquant les auditeurs, cette émission est surtout devenue une tribune pour politiques en mal de communication et autres spécialistes sollicités par la rédaction...

Si quelques geeks font "vivre le débat simultanément et en tout temps sur les réseaux sociaux, via l'application smartphone, et à l’antenne", comme le souhaite l'émission, à l'écoute cela sonne un peu différemment  La rédaction assume qu'il faut des titres un rien provocateur pour faire bouger les auditeurs mais on peut rapidement constater que :
  • Pour les sujets, par exemple de géopolitique un peu complexe (ce matin: "Armer les rebelles syriens, un acte responsable?"), peu d'auditeurs, beaucoup de spécialistes appelés... Bref une émission d'info traditionnelle...
  • Pour les sujets plus "concernant" (style: "Maintenir les tutelles imposées: nécessaire ou abusif ?") ou plus "provoquant" (style: "Doit-on forcer les étrangers à s’intégrer ?"), une belle brochette de politiques de tout bord et quelques auditeurs en direct, parfois décalés, parfois hors sujets, souvent drôle au second degré, que les journalistes tentent tant bien que mal de recentrer ou simplement de gérer... 
A mon avis, une analyse sociologique intéressante qui revient à dire que donner la parole aux auditeurs ne veut pas dire qu'ils la prennent et permettre aux auditeurs de s’exprimer ne veut pas dire qu'ils le souhaitent... 

Et pour appuyer mon analyse, un exemple concret extrait de l'émission du 26 mars 2013, ayant comme sujet "Souhaitez-vous élire le Conseil fédéral ?" Une démonstration en 60 secondes chrono, d'un auditeur peu clair... et surtout une leçon de reprise de l'antenne par le journaliste !



dimanche 24 mars 2013

La publicité Internet a-t-elle encore de l'avenir ?

Internet concentre une bonne part des budgets publicitaires aujourd'hui... Mais, au même titre que les enregistreurs video permettent de "zapper" la publicité TV, les outils "anti-pub" sur Internet commencent à fleurir !

Si auparavant, ces logiciels bloquaient principalement les pop-up. Aujourd'hui, comme en témoigne l'application AdBlock Plus, ils vont beaucoup plus loin en supprimant les publicités désignées à l'intérieur des pages et en bloquant les images, les animations Flash, les IFrames, les scripts, etc. Selon le développeur, cette extension est capable de supprimer 99% des publicités ! 

En résumé et comme souvent, trop de pub tue la pub ! En saturant le consommateur, on l'incite à réagir... Avec plus de 200 millions de téléchargement pour le leader du domaine, on ne peut pas dire que ce soit un effet de mode... Et avis aux annonceurs, ces logiciels n'en sont qu'à leurs débuts !

Le site officiel de Adblock Plus - www.adblockplus.org